A la confluence du Cher et de la Loire, les jardins du château de Villandry s'étendent entre un promontoire boisé et le village sur 12 mètres de déclivité. Ce sont des jardins du XXème siècle inspirés de la Renaissance, dessinés par Joachim Carvallo. Disposés en terrasses, on y découvre un jardin d'eau, des jardins d'ornements, un potager, un labyrinthe, le récent jardin du Soleil. L'eau est ici omniprésente. Vidéo que Jardin Jardinier diffuse pour l'Association des Parcs et Jardins de la région Centre https://www.jardins-de-france.com

A force d'entendre parler de ce jardin par mes amis Christian Peyron, Maurice Laurent and co... à passer à chaque fois à quelques encablures de Saint Bernard, et à la bonne saison, ça y est, on a fait étape dans l'Ain... Une rencontre conviviale avec d'authentiques passionnés et encore une fois, un jardin étonnant dans un lieu improbable. Très vite on oublie qu'on est dans une zone résidentielle pour plonger dans l'univers botanique de Chantal et Daniel. Certes ils ont été à bonne école, certainement ils ont eu des "parrains", mentors, hors du commun, mais ils ont su gérer le beau en lui donnant leur coup de patte... Une agréable rencontre assurément

 

Une mention particulière pour le jardin de Simone et Jean Claude Rivaton qui ont eu l'immense gentillesse de m'ouvrir leur maison et leur carnet d'adresses. Grâce à eux vous avez pu voir Acorus, la Dame verte, l'Atelier Jardin et le Petit Lavoir. Je me dois donc de les remercier de tout coeur. Quand en plus vous découvrirez les quarante années de travail que Simone a consacré avec Jean Claude à leur jardin, vous n'en aurez que plus d'admiration. Pourtant, ce n'était pas gagné de maintenir un jardin dans une région au climat continental... et malgré tout ça marche plutôt bien.

Cressia est un petit village du Jura où contre toute attente on trouve un jardin, à 800 mètres d'altitude. Quelle drôle d'idée ont eu là Corinne et Marc Bernard pour y construire leur maison, y réaliser leur atelier de sculpture et y créer un jardin... Du potager nourricier au jardin d'agrément (et au, pas ou, le potager existe toujours mais a été expatrié à proximité) il n'y avait qu'un pas que Marc a franchi allègrement. Il se veut jardin "tour du monde", avec quand même une forte un influence japonisante, une omniprésence des milieux aquatiques et une farouche volonté d'apporter de la biodiversité. Le virus est passé à la génération suivante puisque Julien a fait de jardinier son métier avec un extraordinaire talent pour les tailles en nuages... Si vous devez traverser le Jura, ne manquez sous aucun prétexte l'Atelier Jardin, vous en sortirez profondément émerveillé, avec plein d'idées si vous possédez un petit jardin et plein de conseils si vous mettez la main sur Marc ou Julien https://www.parcsetjardins.fr/jardins... https://atelierjardin39.wordpress.com Situé à Cressia dans le Jura, ouvert de mai à Septembre

Jardin Jardinier poursuit son périple en Franche Comté et s'est arrêté à Palise dans le Doubs chez Virginie et Fabrice Segard. Ce jardin, hommage à la Grand Mère de Virginie (la Dame verte) se veut un jardin des quatre saisons. Ces amoureux fous de fleurs, d'arbres et d'arbustes planent, déplantent et replantent jusqu'à ce que tout soit parfait à leurs yeux. ils bouturent, échangent, en bons jardiniers qu'ils sont et perpétuent cette tradition du partage chère au jardinier. Prévoyez du temps pour la visite, il y a plein de petits tours et détours pour découvrir ce jardin, plein de petites idées à piocher et assurément, vous ferez une belle rencontre avec Virginie et Fabrice, leur passion est communicative.

Toujours en Bourgogne, à la lisière de la Franche Comté, le village de Bèze (du nom de la rivière) est en tout point remarquable, comme le jardin de Laurent Muller, le petit Lavoir. On est au milieu des sources, résurgences, lavoirs, viviers... bref, on baigne dans l'eau et pourtant, dès que l'on grimpe sur le coteau, le jardin devient plus sec. Cela lui donne une particularité extraordinaire de pouvoir tout planter ou presque. Encore un jardin parti de presque rien, une ancienne grange et le travail passionné des parents de Laurent qui a assuré la relève et dont les enfants semblent aussi s'attacher au lieu. Bon sang ne saurait donc mentir. Merci encore à Laurent et sa maman pour l'accueil et le temps passé avec nous pour expliquer ce jardin pas comme les autres.

Un petit détour par l'univers magique de l'eau et du paysage du jardin Acorus. 
Sylvie et Olivier ont délaissé leur pépinière de plantes aquatiques pour se consacrer uniquement à leur jardin. 
Comme toujours, l'eau apporte son poids de poésie et de nature et c'est ce que recherchent Sylvie et Olivier. Infatigables bâtisseurs, ils ne conçoivent pas que la nature ait un second rôle dans leur travail. Rien n'est laissé au hasard, inspiration anglaise, mais aussi grande maîtrise de la taille, arbres rares, sous-bois travaillés, encore un jardin où il ne faut pas hésiter à quitter l'autoroute pour rentrer au coeur de la Franche Comté. 
Une très belle découverte et de charmants jardiniers, bien loin de ma zone de confort, mais quel bonheur.
Seul regret, que la météo m'ait un peu abandonné sur ce coup-là...

http://www.jardin-aquatique...
Les Jardins aquatiques Acorus
14 rue des corvées
70700 Autoreille 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand un site néolithique retrouve ses lettres de noblesse grâce à l'opiniâtreté de quelques fous de nature et de jardins dont Jean Yves Meignen pour ne pas le citer. Repris en main avec des amis voici plus d'une vingtaine d'année, l'abbaye (suite logique d'un site cultuel néolithique) reprend goût à la vie: animations culturelles, occupation des terrasses par des jardins, expériences potagère, architecture, Jean Yves est un touche à tout de génie. Le retour à une biodiversité équilibrée est bien la preuve que malgré une nature parfois hostile, et des conditions climatiques particulières, le travail de l'homme peut permettre un retour efficace à la nature. Merci Jean Yves pour le travail effectué et ta capacité à transmettre tes connaissances.

 

 

 

 

 

 

 

 

 






Le Jardin de Bésignoles est à Privas en Ardèche, petit par sa taille, c'est un écrin dédié à l'acclimatation, tenu de main de maître "jardinier" par Anthony Bazin. Paysagiste, passionné de plantes, il s'occupe non seulement de son jardin, mais commence à utiliser l'espace public qui entoure sa maison. on peut appeler cela de l'essaimage, d'autant que les voisins jouent le jeu et cultivent à leur tour les talus, les devants de maison, une occasion de se rencontrer et de faire des choses ensemble... du coup les habitants des autres quartiers se demandent ce qui se passe et viennent visiter cette rue "cultivée". Ça c'est pour l'anecdote car le jardin est un concentré de créativité et de richesses botaniques, dans lequel, sur 300 mètres carrés, on arrive à se promener dans des univers multiples et enchanteurs. Je vous laisse donc avec Merlin.. euh Anthony pour la visite. Le Jardin de Bésignoles a été l'un des derniers jardins avec le Bois Marquis à obtenir le prix Bonpland. Merci à Anthony et Doriane pour cette journée à Privas

Encore une fois, la magie des rencontres a oeuvré.
D'abord lors du tournage aux Jardins de Séricourt (Hauts de France), puis l'année dernière au Point du Jour (Ile de France), et là, j'ai voulu en savoir plus sur ces sculptures qui m'envoutaient, qui me fascinaient alors qu'elles étaient dénudées (et non dénuée de leurs sens); pas de bouches pour parler, pas d'oreilles pour entendre, pas de nez pour sentir, et pourtant quelle humanité ressortait de ces sculptures.. je suis donc rentré en contact avec leur créateur, Robert Arnoux, sans arrière pensée, simplement pour lui dire que son travail me touchait, et là, Robert avait un jardin, et il fallait donc que j'y aille.
C'est la discussion que nous avons eue lors de cette rencontre et que j'ai, en quelque sorte, illustrée.
C'était en Normandie, à la Chapelle-sur-Dun, juste au-dessus de Veules-les-Roses.
Merci à Robert et Corinne pour ce moment inoubliable