Quand un site néolithique retrouve ses lettres de noblesse grâce à l'opiniâtreté de quelques fous de nature et de jardins dont Jean Yves Meignen pour ne pas le citer. Repris en main avec des amis voici plus d'une vingtaine d'année, l'abbaye (suite logique d'un site cultuel néolithique) reprend goût à la vie: animations culturelles, occupation des terrasses par des jardins, expériences potagère, architecture, Jean Yves est un touche à tout de génie. Le retour à une biodiversité équilibrée est bien la preuve que malgré une nature parfois hostile, et des conditions climatiques particulières, le travail de l'homme peut permettre un retour efficace à la nature. Merci Jean Yves pour le travail effectué et ta capacité à transmettre tes connaissances.

 

 

 

 

 

 

 

 

 






Le Jardin de Bésignoles est à Privas en Ardèche, petit par sa taille, c'est un écrin dédié à l'acclimatation, tenu de main de maître "jardinier" par Anthony Bazin. Paysagiste, passionné de plantes, il s'occupe non seulement de son jardin, mais commence à utiliser l'espace public qui entoure sa maison. on peut appeler cela de l'essaimage, d'autant que les voisins jouent le jeu et cultivent à leur tour les talus, les devants de maison, une occasion de se rencontrer et de faire des choses ensemble... du coup les habitants des autres quartiers se demandent ce qui se passe et viennent visiter cette rue "cultivée". Ça c'est pour l'anecdote car le jardin est un concentré de créativité et de richesses botaniques, dans lequel, sur 300 mètres carrés, on arrive à se promener dans des univers multiples et enchanteurs. Je vous laisse donc avec Merlin.. euh Anthony pour la visite. Le Jardin de Bésignoles a été l'un des derniers jardins avec le Bois Marquis à obtenir le prix Bonpland. Merci à Anthony et Doriane pour cette journée à Privas

Encore une fois, la magie des rencontres a oeuvré.
D'abord lors du tournage aux Jardins de Séricourt (Hauts de France), puis l'année dernière au Point du Jour (Ile de France), et là, j'ai voulu en savoir plus sur ces sculptures qui m'envoutaient, qui me fascinaient alors qu'elles étaient dénudées (et non dénuée de leurs sens); pas de bouches pour parler, pas d'oreilles pour entendre, pas de nez pour sentir, et pourtant quelle humanité ressortait de ces sculptures.. je suis donc rentré en contact avec leur créateur, Robert Arnoux, sans arrière pensée, simplement pour lui dire que son travail me touchait, et là, Robert avait un jardin, et il fallait donc que j'y aille.
C'est la discussion que nous avons eue lors de cette rencontre et que j'ai, en quelque sorte, illustrée.
C'était en Normandie, à la Chapelle-sur-Dun, juste au-dessus de Veules-les-Roses.
Merci à Robert et Corinne pour ce moment inoubliable

Voici un étonnant jardin au nord d'Amiens, dans le petit village d'Allonville. Michel Bourgeois a toujours rêvé d'un jardin, mais pas le potager de son papa, un jardin avec des fleurs, des arbres, il avait ça dans l'esprit et ça allait de paire avec son besoin de créer, lui qui s'adonnait à la peinture. Alors il a fait le pas, peindre avec des plantes, mais pour autant, il faut que ce soit structuré alors c'est entre buis dans le jardin et charmilles en protection du monde extérieur que s'est créé ce havre de paix, l'univers de Michel et un peu de sa fille qu'il a initiée à cet art. Michel a aussi un petit jardin dans le Cotentin, mais là, c'est une autre histoire...

Le jardin des Plantes est toujours un lieu privilégié dans une ville, il évolue en fonction des collections, des opportunités d'acquisitions et de la volonté des communes. Rouen a toujours grandi sous une bonne étoile, et dispose d'un patrimoine original : orchidées d'Asie du Sud Est, fushias, iris botaniques,... mais aussi, sous l'impulsion de ses dirigeants, le jardin des plantes est devenu un lieu culturel, un lieu de rencontre et un lieu de découverte. Julien Goossens nous pilote dans ce jardin hors du commun et nous rappelle l'importance scientifique du lieu, et son devenir dans une ère nouvelle où l'homme ne maîtrise plus vraiment son destin. Une réflexion humaniste et militante où le végétal prend toute sa place.

Antoine Breuvart, pépiniériste, conférencier aime découvrir des choses originales. Curieux de Nature avec ou sans grand N, il se plait à partager ses passions et le Crocosmia en est une. Il en possède plusieurs dizaines de variétés et comme cela ne lui suffit pas, il en "invente" d'autres, croise, teste, et tout cela pour notre plus grand plaisir. Qui l'a introduit ? comment pousse t'il ? comment le planter ? comment l'entretenir ? pouvez vous le mettre chez vous ? autant de questions auxquelles Antoine s'attache à répondre. Dans un autre sujet, vous aurez tout aussi sur les Agapanthes, autre passion d'Antoine, et sur la manière de planter en sol argileux, grande spécialité d'Antoine.

Qui mieux qu'Antoine Breuvart pouvait aborder ce sujet de la plantation en terre argileuse ? Pépiniériste, formateur, Antoine vous explique comment améliorer des sols argileux pour planter pratiquement toutes les plantes de ses rêves. Nature du sol, méthode de plantation, vous saurez tout pour agrémenter votre jardin de nouvelles compagnes parfois improbables.

 

The Park and Gardens of the Chateau de Chantore were a great surprise, as I believe they were for the new young owners, who made discovery after discovery when they looked more closely at their purchase. Attracted by the scenery and the amazing view of Mont Saint Michel, and focussed on their bed and breakfast project, they discovered their garden and park in the truest sense of the term. It was a place which had run wild, but where much of its botanical wealth (including a gingko, a tulip tree, and an avenue of rhododendrons) had miraculously survived, as well as a wealth of built features such as serpentines, waterfalls (14), and rockeries… I won’t say any more. You must go and you will be welcomed with open arms by Bernard and Inascu. Chantore is in the Manche department, alongside a village called Bacilly, between Avranches and Granville.
http://www.chateaudechantore.com
http://www.normandie-tourisme.fr/pcu/parc-du-chateau-de-chantore/bacilly/fiche-PCUNOR050V51BT2W-1.html

French version : https://youtu.be/LeQoD-EKBTM

 

Le Parc et les jardins du Château de Chantore furent une énorme surprise, je crois qu'elle le fut aussi pour les jeunes propriétaires qui sont allés de découvertes en découvertes quand ils ont regardé de près leur acquisition. Attirés par le paysage et une vue imprenable sur le Mont Saint Michel, concentrés sur leur projet de chambres d'hôtes, ils ont découvert au sens propre du terme leur jardin et leur parc. C'était un lieu où la nature avait repris ses droits et où, toute une richesse botanique (gingko, tulipier, allée de rhododendrons....) avait été miraculeusement protégée, mais aussi une richesse patrimoniale, serpentines, cascades (14), ouvrages en rocaillage... Je ne vous en dis pas plus, il faut y aller, vous y serez accueillis à bras ouverts par Bernard et Inascu. Chantore, c'est dans la Manche, à côté d'un village qui s'appelle Bacilly, entre Avranches et Granville.

Quand les jardins de Normandie inspirent poètes et écrivains, natifs, de passage ou simplement amoureux des lieux.
Financé par le Comité du Tourisme de Normandie et produit par Jardin Jardinier, ce film a servi d'introduction au Colloque sur les Jardins littéraires du 9 au 12 mai 2019, organisé par l'Institut européen des Jardins et des Paysages et la Région Normandie.
Les fidèles de Jardin Jardinier retrouveront un florilège de nos productions depuis... au moins dix ans.